Comment briller de 1000 feux au milieu des décorations ?

L’attention portée aux fringues, les fautes à ne jamais commettre, la reconnaissance de votre talent dans le monde de la décoration.

Se rendre au salon Maison et Objet à Paris, référence de la déco en France.

Je recommande de prendre la navette à porte Maillot. C‘est très pratique et non stressant.
Mais attention la faute de goût peut survenir à tout moment, il faut envisager ce voyage en bus, (30 mn environ) comme un voyage en 1ere classe sur long courrier.

Le jogging en coton de couleur beige est recommandé, vous pouvez faire l’impasse sur les mi-bas de contention qui ne vous seront guerre utiles, sauf si encombrement majeur, ainsi que sur le serre-cou, (sauf si vous avez un problème aux vertèbres) et le masque contre la lumière.

Les baskets blanches, assorties à votre tenue, souligneront l’attention générale qui est la vôtre.
Warning sur les chaussettes, des ras de chevilles obligatoire pour souligner votre coté cool, mais pro.

Votre sac Gucci avec vos initiales ainsi que vos Ray Ban vintage, entretiendront le halo de mystère qui vous entoure.

 

Maison et Objet, soigner son entrée.

À 5 minutes de l’atterrissage il faut vous changez, de votre sublime sac vous sortez une veste de costume bleue nuit en tuxedo Lanvin, avec une chemise de couleur unie de chez Prada, (il convient d‘éviter le rose sous toute les latitudes). Je recommande un gris perle de Tahiti, là en un tour de main assis sur votre siège, vous passez votre chemise devant votre voisine médusée par la virilité de votre torse et votre habilité à l’enfiler, il ne vous reste plus qu’à passer votre veste, oui vous avez des baskets, un pantalon de jogging et un costard sans cravate en haut c‘est bien ça, les passagers du bus se retiendront pour ne pas applaudir votre audace.

 

Maison et Objet, orientation sur le salon.

Après le passage au détecteur de métal, les fouilles au corps,  la présentation des 41 badges et les 35 minutes de queue à l’ouverture, il convient d’actionner  le mode commando, (votre tenue suscite des interrogations, vous vous en rendez bien compte, tant chez les exposants , que chez les visiteurs).

11 stands à visiter disséminés dans 5 bâtiments, ils se sont donnés le mot, pas un à proximité d’un autre,  il vous faut maintenant crapahuter,  marcher, marcher, marcher, chercher, chercher, chercher, en long en large en traviole, tout le temps sous toutes les latitudes et longitudes du salon…

 

Maison et objet, la vrille de fin de journée.

Il est maintenant 19h, vous êtes la depuis 9h du matin, tout le monde est au bout du rouleau, les visiteurs sont assis, hébétés, harassés, usés, las, décatis, leur fringues sont tire bouchonnés, huilés, sales, fripés, leurs pieds en feu, leurs souliers explosés, les déodorants de mauvaise qualité ont rendu l’âme, l’œil est torve, le cheveux gras, il commence à faire froid, les lumières font mal aux yeux, les hôtesses sont en cire, les haleines fétides, un sentiment de solitude infini enveloppe chacun, au moment de penser au retour et que demain il faudra remettre le couvert…

 

Maison et Objet, la consécration.

Un seul est frais, pétillant, élégant,  léger, avec une haleine mentholée, délicieusement parfumée, l’œil vif , le sourire ravageur : c‘est vous, tout le monde salue votre audace du jogging basket chemise et veste, vos pieds sont ailés, votre chemise non auréolée, les plus réfractaires s’inclinent, les femmes vous dévorent des yeux , si la reine d’Angleterre était là, elle demanderait mais qui est cet homme merveilleux, que l’on ne m’a pas encore présenté, j’exige qu’il soit anobli sur le champ,  les hôtesses veulent votre  numéro de mobile, chaque exposant rêve de vous voir vous intéresser à leur stand, les filles du ménage se font des clins d‘œil le conquistador de la décoration est sur place et c‘est vous.

All rights reserved Salient.